Le coin des poétes

Reflets de Vie, Reflets d'Argent

Mes vingt ans disparus renaissent en reflets
D'un secret soleil mauve et l'aube en voile bleu
Sent bon le lavandin de mes lointains regrets
Qui dorment dans le lit de mes filets de feu

Mes soleils devenus étoiles filantes
Délivrent mes hivers ternis de songes flous
Que le matin pétrit sur des braises fumantes
Ainsi que des pains chauds posés sur mes genoux

Et je sais la fatigue à la perle du jour
Qui se teinte d'éclats jaillis de l'arc-en-ciel
Et dissipe l'ennui quand des reflets d'amour,
Vraies splendeurs du trésor, rallument ma prunelle

Alors, dans l'heure fauve et l'âge de l'oubli,
Je caresse les mots ridés par les orages.
Quand tout se tait, quand tout est dit,
Les Reflets d'Argent bleu m'invitent aux voyages.

Ma toile, Ô doux refuge où je brode le temps
Avec l'aguille d'or sur mon riant grimoire,
A envoûté mes yeux, assoiffés de printemps,
Et mes Reflets d'Argent font l'hymne à ma mémoire.


Nelly Chamard
 


MOURIR UN PEU - Thérèse

 


 


 

Les mots

 

A quoi servent les mots ? Avant tout à parler.

A quoi sert de parler ? Surtout à se comprendre

Alors, pourquoi les mots, si jolis en français

Doivent-ils changer ? … Tant d'idiomes à défendre ! …

 

Las ! Comment voulez-vous que ces traits de liaison.

Ensevelis, brisés sous la tour de Babel.

Puissent aider le partage, animer les passions.

Sans cacher en poignard quelque pointue voyelle ?

 

Les mots blancs, les mots noirs, les mots rouges, les jaunes.

Et tous ces mots d'ethnies qui se sont mélangées...

Les mots colonisés,les étranges consonnes...

Les mots Front National... les mots persécutés...

 

Les mots en ribambelle, et les mots qui bégayent ;

Les mots en farandole et leurs accents chantants ;

Les mots venus d'ailleurs, les mots qui émerveillent ;

Et les mots d'outre-tombe qu'apprivoise Satan.

 

Mots tremblants de l'aïeul, du bébé qui babille...

Mots sages de l'ancien ; tendres mots de la mère...

Mots secret des alcôves ; ordres des militaires...

Mots mouillés des ruptures, des amours en guenille...

 

A quoi servent les mots ? Avant tout à parler.

A quoi sert de parler ? Surtout à se comprendre.

Et si nous comprenons qu'il faut d'abord s'aimer,

Ce n'est que du bonheur qu'il faudrait en attendre.

 

Béatriz

 


 


 

Mon ami le vent

 

Bonjour mon cher ami le vent !

D'où venez-vous, Où étiez-vous ?

Délicate, la feuille frissonne.

Tout entier, s'éveille l'arbre si beau !

Le parfum de la rose et du sureau,

Si finement répandu embaume.

 

Tout doux ! Mon fol ami le vent ! 

Que de courroux ! Que faites-vous ? 

Le papillon aux ailes bleues est mort... 

Un tout petit avec étonnement, 

Ouvre ses yeux tout grand, pleins de tourment. 

L'oisillon du doux nid se trouve hors. 

 

Alors, mon bel ami le vent ? 

Ne voyez-vous ? Mais taisez-vous ! 

Du ruisselet s'est tu le murmure. 

Un homme, dos en front en sueur, 

Attends des nuages la pluie ta sœur, 

Et toi, sous la chaleur, tu tortures.

 

 

Bonsoir mon doux ami le vent ! 

C'est la nuit, sous les étoiles scintillantes, 

En plaine, sur les maisons assoupies, 

Sur le fleuve ou où sourd tant de vies, 

Tombe la rosée rafraîchissante. 

 

Marie-Thérèse Despert     (Marie-thérèse a 86 ans)

 

 


 


 

Une odeur de la mer

 

Je porte au fond de moi une odeur de la mer.

Inondant ma narine comme un doux filtre amer,

Une odeur du grand large accrochée au rivage,

Un fort parfum d'embruns répandu sur le plage.

 

Je porte au fond de moi mon odeur de la plage,

Cette brise marine au bord d'un coquillage.

Dans le creux d'un rocher, j'ai caché mon poème,

Et tous les grains de sable ont l'odeur d'un je t'aime.

 

Je garde au fond de moicomme un secret magique

Qui berce ma mémoire aux mots chorégraphiques,

Des images d'enfants prenant le sable chaud,

Dans le creux de leurs doigts,dans leurs seaux, dans leur peau.

 

Je garde au fond de moi cette odeur de la mer.

 

Les enfants à la plage construisent des châteaux,

Avec de hautes tours et de grands chapiteaux;

Avec des ponts-levis, avec des forteresses,

Batis dans cette ardeur unique à la jeunesse.

 

Je porte au fond de moi cette odeur de la plage,

Ces vagues, ces remous, cette odeur du grand large,

Et toute cette écume éclaboussant la grève

Vient caresser mes pieds, exauçant tous mes rêves.

 

Nelly Chamard

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

26.06 | 03:35

Merci à l'organisation les Reflets d'Argent de nous avoir permis de participer à cette belle manifestation sur les Villages perchés. 2 jours bien sympathiques!

...
09.05 | 21:03

Pierre Delhomme, notre cher Président, mérite une ovation pour le travail accompli au sein des" Reflets d'Argent" qu'il a présidés avec dévouement, avec amour.

...
16.08 | 17:59

l'Expo de Avril 2016 a été une réussite... très bonne ambiance... très bonne animation avec Marie-Christine et aussi avec Gérard. Fière d'y avoir participé.

...
30.01 | 16:17

j'étais au Pétanquodrôme en janvier dernier, nous avons passé une excellente journée. A refaire. Bonne ambiance, mais une condition... jouer sérieusement !

...
Vous aimez cette page